Accueil / Actualités / Le FIDA ouvre un nouveau bureau au Maroc

Le FIDA ouvre un nouveau bureau au Maroc

Les autorités marocaines ainsi que des représentants de l’Organisation des Nations Unies et d’autres donateurs se retrouvent aujourd’hui à Rabat pour l’inauguration du nouveau bureau de pays du Fonds international de développement agricole (FIDA).

À l’occasion de l’ouverture officielle de ce nouveau bureau, Périn Saint-Ange, Vice-Président adjoint du FIDA, a rappelé que le premier projet que le FIDA avait signé au Maroc remontait à 36 ans. “Nous sommes convaincus que ce bureau ne fera que renforcer les liens déjà étroits qui nous unissent au Gouvernement marocain, à la société civile et aux donateurs”, a-t-il déclaré.

IFAD-FIDA-maroc

Le FIDA, un organisme spécialisé des Nations Unies et une institution financière internationale, a établi au fil des ans de solides partenariats avec le gouvernement ainsi qu’avec divers organismes publics, instituts de recherche, associations professionnelles et associations de microcrédit.

Les projets et programmes du FIDA sont également l’occasion de forger des partenariats élargis avec des associations locales de développement, des associations d’usagers de l’eau, des groupements féminins et des coopératives de microfinancement.

Depuis 1979, le FIDA a financé 13 projets au Maroc, pour un montant total de 222 millions d’USD. De plus, au cours de la dernière décennie, le FIDA a octroyé au pays plus de 21 millions d’USD sous la forme de dons au titre du guichet régional et du guichet pays, au profit de plus de 750 000 ménages vivant dans des conditions très difficiles, en particulier dans les zones montagneuses. Les groupes cibles des projets appuyés par le FIDA dans ces zones sont composés de petits agriculteurs et de paysans sans terre, de petits éleveurs, de femmes et de jeunes sans emploi qui vivent en milieu rural.

Dans les zones montagneuses du Maroc, l’incidence de la pauvreté est élevée et l’accès aux infrastructures et aux services de base est limité et la pression exercée par la population sur les ressources naturelles continue de croître. En 2014, le FIDA et le gouvernement ont convenu de mettre en œuvre un programme de développement rural à long terme dans les zones montagneuses, l’objectif étant de réduire la pauvreté de 30% et d’améliorer les conditions de vie d’ici à 2030.

À l’heure actuelle, trois projets sont en cours dans les provinces d’Al Haouz, de Taza, de Sefrou et d’Azilal. Leur coût total s’élève à 100 millions d’USD, sur lesquels 57 millions d’USD sont financés par le FIDA sous la forme de prêts à des conditions particulièrement favorables et de dons. Un nouveau projet, en cours d’élaboration, couvrira les provinces de Ouarzazate, Tinghir, Midelt, Khenifra et Beni Melal. On estime son coût total à 65 millions d’USD, dont 46,6 millions d’USD représentent la contribution du FIDA.

Le programme appuyé par le FIDA permet aux petits agriculteurs de se moderniser et d’accroître la valeur de leur production agricole. Il favorise également l’adoption de technologies grâce auxquelles les agriculteurs sont à même de gérer durablement les ressources en terre et en eau et de faire face au changement climatique. Par ailleurs, le FIDA aide les populations rurales à augmenter et à diversifier leurs revenus ainsi qu’à améliorer leur accès à des services sociaux comme les soins de santé et l’éducation. Le programme s’inscrit dans le droit fil du deuxième pilier du Plan Maroc vert, qui porte exclusivement sur l’agriculture paysanne, en particulier pour ce qui est de l’objectif visant à mettre en place une politique agricole dans une optique de renforcement de la compétitivité et de la modernisation du secteur ainsi que de création de richesses sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

Depuis que le Maroc a été choisi par la communauté internationale comme pays qui accueillera la 22e Conférence des parties (COP22) en novembre 2016, le FIDA travaille également avec le gouvernement au succès de cet événement. Le FIDA a accordé au Ministère de l’agriculture et de la pêche un don de 450 000 USD qui sera utilisé pour documenter et promouvoir l’expérience du partenariat FIDA-Maroc aux fins de la lutte contre la pauvreté rurale ainsi que pour organiser conjointement un événement de haut niveau durant la COP22.

Le FIDA investit dans les populations rurales, en les autonomisant afin de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé 17.7 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont touché quelque 459 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome – le centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

&nbsp,

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

«L’extrémisme n’est pas un projet de vie. C’est un échec pour l’individu comme pour la société»

Entretien avec la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay : «L’extrémisme n’est pas un projet ...

LES ASSOCIATIONS DU CONSOMMATEUR CHARGENT LE GOUVERNEMENT

BOYCOTT DES PRODUITS ALIMENTAIRES LES ASSOCIATIONS DU CONSOMMATEUR CHARGENT LE GOUVERNEMENT La Fédération nationale ...

Subventions aux associations: Laftit recadre les collectivités territoriales Par H24info –

Après avoir reçu plusieurs rapports faisant état de financement des associations par des fonds ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x