Accueil / Jeunesse / Les jeunes Marocains insatisfaits de la qualité de leur vie

Les jeunes Marocains insatisfaits de la qualité de leur vie

Les jeunes Marocains insatisfaits de la qualité de leur vie Le PNUD appelle à un changement du modèle de développement dans les pays arabes
La jeunesse  est au centre du dernier « Rapport arabe sur le développement humain » (AHDR), parrainé et lancé récemment par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).
Le rapport affirme qu’en termes d’indice de développement humain (IDH), tous les pays arabes ont progressé entre 1980 et 2010, principalement grâce aux gains en matière d’éducation et de santé. Il en veut pour preuve qu’«en 2010, cinq des dix premiers pays ayant enregistré les taux d’amélioration les plus élevés étaient arabes: Oman, Arabie Saoudite, Tunisie, Algérie et Maroc».
En dépit de ces avancées, l’AHDR note toutefois que les jeunes des pays arabes sont confrontés à d’énormes obstacles dans leur développement personnel. Ce qui entraîne de multiples formes d’exclusion culturelle, sociale, économique et politique, souligne-t-il.
Pas étonnant donc si bon nombre de jeunes Marocains affirment ne pas être satisfaits de la qualité de leur vie. Et pour cause, selon un sondage cité par le rapport, plus d’un tiers de jeunes Marocains (35%) pense que l’économie dégringole alors que près de la moitié, 40%, estime que la sécurité se dégrade. L’enquête révèle aussi qu’en 2013 la majorité de jeunes Marocains (96%) estimaient que la religion tient une place importante dans la vie quotidienne. Ils étaient 99% à l’affirmer l’année d’avant. L’étude souligne également que la piété a progressé ces dernières années en Irak, en Jordanie et au Maroc.
Autre enseignement : 83% des sondés ont une opinion négative de Daech, moins de 7% ont une opinion contraire alors que près de 10% ne se prononcent pas. Plus généralement, le rapport affirme qu’une majorité écrasante de jeunes de la région arabe rejettent la violence et considèrent les groupes extrémistes comme des terroristes.
En ce qui concerne l’expression de soi, dont l’explosion du désir serait liée aux gains en matière d’éducation, d’urbanisation et de revenus, particulièrement au début des soulèvements de 2011 (Printemps arabe), les jeunes Marocains (tranche 15- 29 ans) se placent en tête des pays arabes avec plus de 0,5 point. Cependant, le rapport note que la période la plus récente a été marquée par de légères baisses en Egypte et au Maroc. Ce recul serait lié à « la situation sociale chaotique survenue après les soulèvements qui ont peut-être agi comme un obstacle à l’expression personnelle en raison de plus de préoccupations concernant les moyens de subsistance et la sécurité personnelle», lit-on.
S’agissant de l’accès des jeunes des pays arabes aux technologies de l’information et de la communication, le rapport indique que la connexion à l’information demeure très inégale au Maroc.
A propos de l’engagement civique, il serait « plus élevé dans les pays plus démocratiques et ceux ayant une plus grande pénétration des médias tels que l’Algérie, l’Irak, le Liban, la Libye, la Palestine et le Yémen et les plus faibles en Egypte, en Jordanie, au Maroc et au Qatar », selon le rapport.
D’une manière générale, le rapport affirme que « le fait de ne pas traduire les progrès en matière d’éducation en emplois décents pour les jeunes au rythme de la croissance démographique, réduit non seulement les avantages du dividende démographique, mais peut aussi alimenter les tensions sociales et économiques dans la région ».
A noter qu’en 2014, le taux de chômage des jeunes dans la région arabe (29,73%) représentait plus du double de la moyenne mondiale (13,99%). Une situation qui devrait empirer dans un proche avenir, préviennent les auteurs du rapport.
Plus grave encore, « les économies arabes pourraient ne pas être en mesure de générer les 60 millions de nouveaux emplois nécessaires d’ici à 2020 pour absorber le nombre de travailleurs entrants et stabiliser le chômage des jeunes », craignent-ils. Bien que les jeunes aient été les catalyseurs des changements intervenus dans la région au cours des cinq dernières années, le rapport constate que leur participation politique reste limitée aux circuits informels d’engagement. Alors qu’« ils ont élevé la voix contre leur exclusion économique, sociale et politique, et les soulèvements dirigés par eux ont mis en évidence la nécessité d’une réforme », constate-t-on.
Le rapport rappelle, par ailleurs, qu’en 2013, « la participation aux manifestations publiques a dépassé 18%, contre 10,8% dans les pays à revenu intermédiaire, alors que les taux de vote des jeunes dans la région étaient les plus bas au monde, stagnant à 68,3% contre 87,4% dans les pays à revenu intermédiaire ».
Selon le rapport, « la discrimination continue d’empêcher les femmes d’acquérir et d’utiliser au mieux leurs capacités ». Cette différenciation serait profondément ancrée dans les croyances et les traditions culturelles, dans l’éducation des enfants, les structures religieuses, les médias et les relations familiales.
Le rapport note, toutefois, que les jeunes plus scolarisés et les jeunes en général ont tendance à être plus favorables à l’égalité des genres que le reste de la population. Même si «l’égalité entre les sexes est une valeur qui évolue lentement », note-t-il.
Le rapport indique que l’effet de l’âge est plus marqué en Algérie, au Maroc et en Tunisie, pays détenant des scores plus élevés en faveur de l’égalité des sexes, mais aussi en Irak et au Yémen, pays ayant des cotes plus faibles.Le rapport reconnaît toutefois que la dernière décennie a vu une certaine amélioration des droits civiques des femmes. « Au Maroc et en Tunisie, les codes de statut personnel ont été modifiés pour soutenir des relations genre plus égalitaires et des amendements progressifs aux lois et aux Codes ont été adoptés récemment en Algérie et à Bahreïn ». Pour les auteurs du rapport, les pays arabes peuvent réaliser des progrès significatifs en matière de développement et de stabilité, et garantir ces acquis de manière durable. Mais pour y parvenir, il va falloir « accorder la priorité aux politiques assurant le bien-être, la productivité, l’autonomie et le sens civique des jeunes ».
Comme le rappelle Sophie de Caen, Directrice a.i. du Bureau régional pour les Etats arabes du PUD, « les jeunes de la région sont plus instruits, plus connectés et plus mobiles que jamais». Il va s’en dire que «les pays arabes peuvent bénéficier de l’énorme dividende démographique que représentent les jeunes s’ils investissent dans l’amélioration des capacités et l’élargissement des possibilités qui leur sont offertes».

Alain Bouithy
Samedi 3 Décembre 2016
http://www.libe.ma/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Leïla Slimani : 4 leçons à tirer de « Sexe et mensonges »

NOUS L’AVONS LU – Le nouveau livre de la lauréate du Prix Goncourt 2016 ...

La 3ème édition du forum « Handicap Maroc » bientôt à Casablanca

La troisième édition du Forum pour l’emploi des personnes à mobilité réduite « Handicap ...

Climate Chance : Les acteurs non étatiques engagés réunis à Agadir

Durant trois jours, plus de 2.000 participants de 80 nationalités et 300 intervenants feront ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x