Accueil / Actualités / Économie sociale / MARCHÉ SOLIDAIRE DE CASABLANCA : DES PREMIERS PAS RASSURANTS

MARCHÉ SOLIDAIRE DE CASABLANCA : DES PREMIERS PAS RASSURANTS

Moins de deux semaines après son ouverture, le magasin pilote a accueilli plus de 35 000 visiteurs qui ont acheté 64 000 produits. Plus de 2 800 types de produits du terroir et de l’artisanat fournis par 180 coopératives sont référencés. Les exposants bénéficient d’un appui technique relatif aux équipements et au process de production.

Des lieux propres, des prix abordables, une forte présence d’agents de sécurité et de caméras de surveillance installées dans des endroits stratégiques. Ce sont les premiers éléments qui marquent les visiteurs du marché solidaire de Casablanca, récemment inauguré par SM le Roi. Au sein de cet établissement situé au cœur du quartier huppé de l’Oasis (en face de la gare ferroviaire), les locaux sont spacieux et décorés avec goût. Tous les ingrédients sont réunis pour attirer la clientèle. Résultat, à peine deux semaines après son ouverture, plus de 35 000 visites ont été enregistrées, qui se sont traduites par la vente de 64 000 produits. Un volume qui ne peut que rassurer les porteurs du projet et les coopératives exposant leurs produits dans cet établissement dont la construction a nécessité un budget de 16,5 MDH financé par la Fondation Mohammed V pour la solidarité.

L’offre est riche et variée

Plus de 2 800 références sont exposées sur deux étages. Dans les zones centrales, on trouve principalement les produits du terroir, notamment alimentaires (huiles d’olive et d’argane, amlou, condiments, confitures, herbes, couscous, safran, vinaigre…) et cosmétiques (huile d’argane à usage cosmétique, huiles essentielles, plantes aromatiques et médicinales, eaux florales…)… L’artisanat occupe pour sa part les zones latérales. «Les huiles alimentaires, les épices, le couscous et les dérivés des céréales, le miel, les plantes aromatiques et médicinales ainsi que les produits de l’artisanat sont les produits qui suscitent le plus d’engouement chez les visiteurs», explique Sanae Dardikh, directrice de communication de la Fondation Mohammed V pour la solidarité.

Les produits émanent de 180 coopératives féminines de toutes les régions du Maroc. Leur acheminement est à la charge des exposants. «Les coopératives sont rémunérées à hauteur des ventes selon les prix qu’elles ont elles-mêmes fixés, mais une petite portion du chiffre d’affaires est gardée pour la couverture des frais de fonctionnement», déclare Mme Dardikh. Et d’ajouter : «Un système spécifique de balisage et d’étiquetage a été mis en place; la coopérative, le produit et le prix sont clairement indiqués».

Une équipe de 16 personnes veille au bon fonctionnement de l’établissement

Outre la traçabilité des produits, la gestion aux standards internationaux est également l’un des points qui distingue le marché. En effet, le site est géré par une équipe de management et d’employés de 16 personnes. L’administration du marché est quant à elle confiée à une association de gestionnaires composée de partenaires que sont l’Agence de développement agricole, le ministère de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, les principales institutions qui interviennent dans la promotion et la valorisation des produits locaux, les organes de contrôle de la qualité des produits, des opérateurs dont l’activité est liée à la logistique, la Fondation Mohammed V pour la solidarité pour le volet technique, des représentants de ses filiales, ainsi que des personnalités du tissu socio-économique marocain. Tout est donc réuni pour faire de cette expérience une réussite qui sera dupliquée dans d’autres villes.

En effet, le marché solidaire vise la promotion des activités de production locale et l’aide à la vente des produits issus des coopératives féminines. Il s’inscrit dans le cadre des divers programmes nationaux d’appui et de valorisation qui ont été entrepris dans le cadre des stratégies sectorielles, notamment le Plan Maroc Vert en matière de promotion et de commercialisation des produits du terroir porté par l’Agence de développement agricole, ou encore le Programme Mourafaka d’appui aux coopératives mené par le ministère de l’artisanat et de l’économie solidaire. En plus de la commercialisation, les exposants bénéficient d’un appui technique pour tout ce qui a trait aux équipements et process de production. De la formation sera également assurée en termes de renforcement des capacités et des compétences.

Accueil

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Aider les enfants marocains: Copains depuis le lycée, ils participent au 4L Trophy

Le 15 février, la 21e édition du raid partira de Biarritz pour le désert ...

205 humanitaires, une association valericaine pour le partage de cultures

L’association 205 humanitaire va partir à Tanger d’ici 3 semaines. La conclusion d’un an ...

Naissance de l’Association « Par-delà les remparts… »

Par-delà les remparts est le nom de l’association de jeunes qui s’est créée ce ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x