Accueil / Actualités / Développement / Bouchra Bayed: «Nous avons accompagné plus de 65 projets au cours des 9 éditions précédentes»

Bouchra Bayed: «Nous avons accompagné plus de 65 projets au cours des 9 éditions précédentes»

Entretien avec Bouchra Bayed, présidente de l’association Maroc Entrepreneurs

Nous sommes en train de finaliser une nouvelle forme d’accompagnement dédiée aux investisseurs et chefs d’entreprises dont pourraient bénéficier les MRE souhaitant

s’établir dans l’Oriental.
ALM : Quelle est l’activité de Maroc Entrepreneurs ?

Bouchra Bayed : Maroc Entrepreneurs est une association à but non lucratif basée en France qui contribue depuis 1999 au développement socio-économique du Maroc. Depuis 2007, Maroc Entrepreneurs a mis en place un programme d’incubation «Tremplin Maroc» qui vise à accompagner les porteurs de projets (MRE ou personnes fortement attachées au Maroc) à créer leur entreprise au Royaume. Chaque année, une dizaine d’entrepreneurs en herbe bénéficie d’une formation gratuite et d’un coaching personnalisé leur permettant de passer du stade de l’idée à la rédaction du business plan complet et concret de leur projet.

La formation porte sur diverses thématiques allant de l’étude de marché à la définition du business model, en passant par l’analyse financière ou encore le marketing stratégique. Au cours des 9 éditions précédentes, nous avons accompagné plus de 65 projets.

Quel était l’objet du Forum économique des investisseurs MRE Oriental Invest auquel Maroc Entrepreneurs a participé ?

Le Forum économique des investisseurs MRE qui s’est tenu à Saïdia a fait la promotion des opportunités d’investissement, en présentant à des MRE investisseurs les nouvelles stratégies régionales des secteurs porteurs de la Région de l’Oriental, à savoir l’agrobusiness, le tourisme, l’industrie, la logistique, l’énergie, les mines et l’économie sociale et solidaire. Cet événement s’inscrit dans le cadre du Programme régional de l’initiative des MRE dans l’Oriental (Primo), initié dans le projet Sharaka (un partenariat pour la mobilité entre le Maroc et l’Union européenne).

En quoi consiste le programme Primo?

Le programme Primo est la déclinaison régionale du projet Sharaka mis en œuvre par Expertise France, financé par l’Union européenne et cofinancé par la France et les Pays-Bas. Ce programme a fait l’objet d’une convention-cadre de coopération signée entre le conseil régional, la wilaya de l’Oriental et le ministère chargé des MRE et des affaires de la migration. Il vise à renforcer les liens des MRE envers leur pays d’origine et la collaboration des acteurs régionaux avec les MRE. Le programme Primo se décline en quatre axes : la promotion du territoire, l’intégration d’un volet MRE dans la stratégie de planification régionale, l’accompagnement des investisseurs MRE et l’accompagnement socio-économique des MRE.

Comment pourraient s’inscrire les MRE dans les initiatives mises en place par la Région ?

Les investisseurs MRE jouent un rôle prépondérant dans le co-développement de la Région, puisque 30% des MRE sont originaires de l’Oriental. Malheureusement, seuls 5% y investissent leurs capitaux. Les mesures incitatives mises en place par la Région de l’Oriental, notamment le dispositif d’aide régional de 55 millions de dirhams, le Fonds de développement agricole (FDA), le Fonds marocain de développement touristique (FMDT) ou encore le Fonds d’investissement de la Région de l’Oriental (FIRO). Ce dernier est d’ailleurs le seul fonds d’investissement à vocation géographique dédié particulièrement à la Région de l’Oriental et mis en place par la BMCE Bank, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Les MRE ont des attentes spécifiques à leurs secteurs d’activité, au-delà des fonds d’investissement, l’accompagnement dans leur parcours entrepreneurial est aussi important.

Quel rôle joue le Centre régional d’investissement (CRI) dans le développement de la région ?

La nouvelle génération d’investisseurs que nous côtoyons est bien qualifiée et dispose d’un savoir-faire et un savoir-être qui lui permettent d’investir dans quelque pays que ce soit. Toutefois, le processus d’investissement diffère d’un pays à un autre et peut être très long dans certaines villes ou régions du Maroc.

Le rôle du CRI est incontestablement précieux dans l’accompagnement et la simplification des démarches administratives, d’une manière personnalisée prenant en compte un facteur considérable : le facteur temps.

Dans quel sens Maroc Entrepreneurs pourrait-elle accompagner ces MRE investisseurs ?

Les porteurs de projets pourraient bénéficier, dans le cadre d’un partenariat, de la formation du programme Tremplin Maroc et du réseau de Maroc Entrepreneurs. Nous sommes également en train de finaliser une nouvelle forme d’accompagnement dédiée aux investisseurs et chefs d’entreprises dont pourraient bénéficier les MRE souhaitant s’établir dans l’Oriental. En effet, une partie des projets d’investissement productif est portée par des entrepreneurs souhaitant créer, développer voire reprendre des TPME.

Envisagez-vous la signature d’un partenariat avec la Région ?

La présence à ce forum nous a permis de rencontrer les acteurs institutionnels, auprès desquels nous avons affirmé notre volonté de nous inscrire dans le développement de la Région. Nous envisageons de nous rencontrer dans les mois à venir afin d’entamer les discussions sur un éventuel partenariat.

Quelles sont les conclusions que vous avez tirées de cette rencontre ?

La Région de l’Oriental peut être fière de ce qu’elle a entrepris. Les projets structurants qui nous ont été présentés comme l’Agropole de Berkane ou Marchica Med constituent un terreau fertile pour l’investissement. En revanche, la Région doit se doter de moyens nécessaires et créer un cadre incitatif afin de fédérer les forces vives autour de ces multiples projets. L’inclusion des coopératives locales est primordiale : cela passe par l’éducation, la formation et l’accompagnement qu’il soit financier ou matériel. Il est par ailleurs nécessaire de mettre en place un comité regroupant des membres de consulats, des ambassades, du ministère des MRE et des organismes d’accompagnement afin d’assurer un suivi aux niveaux régional et national. D’ailleurs, le ministère a mis en place un système d’information et une base documentaire dédiée pour le suivi des investissements des MRE. En somme, la Région a démontré à travers ce forum sa capacité à devenir un acteur incontournable dans la croissance nationale et un hub eurafricain dans l’accroissement de l’activité entre le Maroc et l’Europe. Elle a indubitablement tous les atouts pour l’être.

aujourdhui.ma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Une femme médecin marocaine chérie par les migrants subsahariens

Les migrants subsahariens l’ont affectueusement surnommée « Mama Hajja ». Son vrai nom est Rajaa Marsou, ...

le Secours populaire veut envoyer six jeunes en mission humanitaire au Maroc

Le Secours populaire a lancé une cagnotte en ligne. Objectif : envoyer six jeunes ...

«Orphelins du Monde» à l’oeuvre dans les douars de l’Atlas

Les douars de l’Atlas sont isolés du reste du pays et souffrent d’un vrai ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x