Accueil / Actualités / Développement / Solidarité / deux lycées français travaillent à la rénovation d’un internat marocain

Solidarité / deux lycées français travaillent à la rénovation d’un internat marocain

Depuis un an, un projet solidaire a vu le jour dans deux lycées du nord de la France: le lycée professionnel automobile et transports de Grande-Synthe et le lycée professionnel Georges Guynemer à Saint-pol-sur-mer. Les élèves préparent la rénovation de l’internat du lycée Ibn Zohr, à Ouazzane, dans le nord-est du Maroc.

C’est Éric Lengagne, proviseur du LP automobile et transports de Grande-Synthe qui est à l’origine du projet. « Dans notre lycée, nous avons une formation en conduite routière pour les chefs routiers. Depuis 2009, nous avons mis en place un projet de transport d’aides humanitaires et scolaires au Maroc avec l’association dunkerquoise Asfi (Association de solidarité et de fraternité internationale) », explique au HuffPost Maroc le proviseur.

Il y a deux ans, alors qu’il était au Maroc dans le cadre de ce projet, Éric Lengagne visite un orphelinat complètement délabré. La première idée qui lui vient à l’esprit est alors de rénover cet orphelinat, avec l’aide de son ami, le proviseur Jean-Marc Sailly, du LP Georges Guynemer. Ce lycée propose en effet une formation à tous les métiers du bâtiment: construction, aménagement, finition, menuiserie, fabrication de mobilier, plâtrerie, peinture et installation sanitaire et thermique. « Ses élèves fabriqueront le matériel nécessaire et mes élèves le transporteront jusqu’au Maroc », souligne Éric Lengagne. La présidente de l’association lui suggère alors de travailler sur la rénovation de l’internat du lycée Ibn Zohr, à Ouazzane, qui est aussi en mauvais état. Le projet est lancé.

« Mon lycée accueille 29 nationalités différentes dont des migrants, des mineurs isolés. C’est un lycée ouvert et c’est donc tout naturellement que nous avons accepté de participer à ce projet », explique Jean-Marc Sailly.

La deuxième étape débute le 8 juin prochain. Les élèves du lycée automobile et transports de Grande-Synthe viendront récupérer le matériel chez leurs collègues. « Je partirai avec 8 de mes élèves dans deux camions, un semi et un porteur avec remorque pour environ 15 jours de voyage », explique Éric Lengagne. « Ils seront rejoint le 21 juin par 24 élèves du lycée Georges Guynemer. « Ça rentrera dans le cadre d’un stage. Ils resteront jusqu’au 8 juillet pour installer tout le matériel. On a répété l’organisation du chantier ici, grâce à une chambre témoin », souligne Jean-Marc Sailly. Sur place, les élèves des deux lycées auront l’appui de l’Association de solidarité et de fraternité internationale, de l’association Hassan II et de l’organisme de formation privé Istea.

La réhabilitation de l’internat

Lors de sa première visite à l’internat du lycée Ibn Zohr, Jean-Marc Sailly est choqué, ému. « Il y a 250 internes dans le lycée mais il n’y a même pas 100 lits, certains dorment sur le sol, sur de simples paillasses. »


La rénovation de l’internat se déroulera sur quatre ans. La première étape a commencé avec les élèves de 1ère du lycée Georges Guynemer. Tout au long de l’année, ils ont fabriqué 50 lits superposés, 50 armoires, 50 bureaux, des cloisons. Ce sont en tout 6 chambres pouvant accueillir chacune 8 élèves, qui seront créées pour cette année de lancement. « Les sanitaires seront remis en état et nous allons aussi installer un chauffe-eau solaire pour amener de l’eau chaude dans l’internat », ajoute Jean-Marc Sailly.

 

Une expérience humaine

Au-delà des compétences techniques apportées par le projet aux élèves des deux lycées, cette expérience les embarque aussi dans une expérience humaine. « C’est une ouverture culturelle pour nos jeunes. Dans nos régions, il y a une carence en termes de mobilité, beaucoup de jeunes ne peuvent pas voyager », souligne Éric Lengagne. Les élèves ont d’ailleurs été invités à une rupture du jeûne, avec leurs proviseurs. « C’est une véritable expérience humaine. »

Si le projet de rénovation s’étend sur 4 ans, Éric Lengagne pense déjà à un nouvel acte solidaire. « J’espère pouvoir faire venir des étudiants marocains en France pour une dizaine de jours, afin de leur faire découvrir le pays. C’est compliqué de trouver des créneaux mais j’espère pouvoir mettre ça en place l’année prochaine », conclut le proviseur. De son côté, Jean-Marc Sailly espère pouvoir faire dormir les futurs élèves qui seront sur le projet dans les premiers lits de l’internat Ibn Zohr, l’année prochaine.

HuffPost Maroc  |  Par Camille Bigo

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Association Africa Run, vos vieilles baskets valent de l’or

L’association Africa Run qui collecte des chaussures de sport usagées destinées aux campagnes africaines cherche ...

Plus de 6 milliards de DH accordés annuellement aux associations

Le montant global du financement public accordé annuellement par les départements ministériels, les établissements ...

Jeunesse et action associative : Le projet de loi d’un Conseil consultatif de la jeunesse adopté

Le bout du tunnel pour le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x