Accueil / Actualités / Droits humains / Droits de la femme / La loi contre les violences faites aux femmes divise le Maroc

La loi contre les violences faites aux femmes divise le Maroc

Mercredi 14 février, le Parlement marocain a adopté une loi pénalisant les violences faites aux femmes. Le nouveau texte incrimine pour la première fois « certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement ». Pourtant, la loi 103.13 ne fait pas l’unanimité…

« Enfin, ce projet de loi 103.13 a été définitivement adopté par la première Chambre en deuxième lecture », s’est félicité Basima Hakkaoui, ministre de la Famille ayant porté le projet. Pourtant, peu après sa promulgation par le Parlement marocain, la loi a immédiatement suscité l’ire de la société civile et des associations féministes marocaines.

Un texte insuffisant ?
Une loi « qui ne protège aucunement les femmes ». C’est le sentiment profond d’Ibtissame Betty Lachgar, porte-parole de l’association féministe marocaine M.A.L.I (Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles). Si le texte apparaît comme un rempart trop fragile pour protéger les femmes marocaines, il semble aussi trop frêle pour endiguer le flot de critiques. Premier reproche, l’absence de mention du viol conjugal. « Alors que les relations sexuelles entre personnes adultes consentantes hors mariage sont interdites dans le Code pénal, cette loi ne criminalise par le viol conjugal », poursuit la militante. L’association M.A.L.I a répondu en organisant le 14 février, jour ‘’heureux’’ de la Saint-Valentin, une campagne visuelle cherchant à prévenir contre les viols conjugaux.

Interrogée par Jeune Afrique, Nouzha Skalli, militante pour l’égalité des sexes et ex-ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité fustige aussi cette loi. « Elle ne modifie que quelques articles du Code pénal, alors que celui-ci reste fondamentalement basé sur des concepts obsolètes, comme l’atteinte à la pudeur publique ou la pénalisation des relations sexuelles hors mariage ». Selon elle, cette avancée n’en est pas une.

Le Maroc et ses vieux démons
Bus. Casablanca. Rappelez-vous. En août dernier, une vidéo diffusée en ligne montrant une femme de 24 ans agressée sexuellement en pleine journée à l’arrière d’un bus à Casablanca a fait bondir la Toile. Les harceleurs, quatre jeunes hommes, agissent librement sans aucune réaction de la part du chauffeur. « Vu comment elle est habillée, elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même », commente un internaute sur Facebook.
Ces actes, isolés, mais pourtant répandus, sont révélateurs des lésions qui fractionnent la société marocaine. Selon une enquête de 2009 publiée par le Haut-Commissariat au plan (HCP), organisme de statistiques du Maroc, 40,6 % des femmes sont victimes au moins une fois par an d’un acte de violence dans les lieux publics.
Le Maroc, pays ouvert de l’islam tolérant reste rattrapé par ses vieux démons. Et pour rappel, jusqu’en 2012, le mariage d’un violeur à sa victime dépénalisait le crime au Maroc. La loi sera seulement abrogée après le suicide de la jeune Amina Filali. Une abrogation qui n’empêche pas les mentalités de rester cloisonnées. Le pays n’échappe pas à un problème qui concerne de nombreuses sociétés : il existe bien souvent un fossé entre un texte législatif, son application et les mentalités…

Par Adrien Filoche

https://lepetitjournal.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

«L’extrémisme n’est pas un projet de vie. C’est un échec pour l’individu comme pour la société»

Entretien avec la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay : «L’extrémisme n’est pas un projet ...

LES ASSOCIATIONS DU CONSOMMATEUR CHARGENT LE GOUVERNEMENT

BOYCOTT DES PRODUITS ALIMENTAIRES LES ASSOCIATIONS DU CONSOMMATEUR CHARGENT LE GOUVERNEMENT La Fédération nationale ...

Subventions aux associations: Laftit recadre les collectivités territoriales Par H24info –

Après avoir reçu plusieurs rapports faisant état de financement des associations par des fonds ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x