Accueil / Actualités / Droits humains / Droits de la femme / Aïcha Ech-Chenna, la résistante sociétale

Aïcha Ech-Chenna, la résistante sociétale

Aïcha affiche des signes d’un militantisme précoce, lorsque âgée de seulement 16 ans, elle quitte l’école et s’engage dans de nombreuses associations marocaines: l’Association d’Aide aux Lépreux et Tuberculeux, la Ligue de la Protection de l’Enfance ou encore l’Association Marocaine de la Planification Familiale. C’est au sein de cette dernière qu’elle fait une rencontre décisive: celle d’une jeune fille jetée à la rue par ses parents, un nouveau-né dans les bras et rien dans les poches. Quelque temps après, en 1981, l’Association Solidarité Féminine vît le jour, à l’aide de l’assistante sociale Marie Jean Teinturier.

Toucher à la question des “filles mères” au Maroc, c’est mettre un pied à terre dans la résistance. Une résistance contre un conservatisme religieux qui refuse de lâcher prise, une résistance contre une mentalité machiste puisant sa force dans un Texte Sacré mal compris, une résistance contre une hypocrisie sociale lorsque “les médecins recousent à la demande les hymens pour les certificats de mariages”. Dans un tel contexte, combien d’humiliations Aïcha a t-elle dû essuyer de la part d’imams islamistes la blâmant de favoriser la prostitution… Mais elle n’a jamais perdu de vue les valeurs qui constituent sa personne et a persévéré.

Ainsi, l’Association Solidarité Féminine met à la disposition de ces femmes un programme de trois ans, au sein duquel elles sont éduquées par le biais de cours d’alphabétisation et de sensibilisation au civisme, ainsi que par des formations professionnelles où elles apprennent la couture, la cuisine ou encore la coiffure. L’ASF accompagne également les mères célibataires dans les démarches administratives et d’insertion professionnelle, et a mis en place un centre d’écoute ouvert à toutes les femmes en détresse.

Si la loi marocaine est encore loin d’arranger le sort de ces pauvres femmes, Aïcha Ech-Chenna garde espoir tandis qu’elle reçoit pour son association un million de dirhams de la part du roi Mohammed VI. Un prestige tant national qu’international entoure cette femme d’un courage immense, dont la consécration a été remise avec le Prix Opus, accompagné d’un chèque d’un million de dollars.
AURÈS AU PAVILLON POPULAIRE
MORTS POUR L’IVOIRE
METTONS FIN AU HARCÈLEMENT SCOLAIRE
BALANCE TES MAROCAINS!
L’ENFER SYRIEN

Malika El Kettani
https://www.podcastjournal.net

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

«L’extrémisme n’est pas un projet de vie. C’est un échec pour l’individu comme pour la société»

Entretien avec la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay : «L’extrémisme n’est pas un projet ...

LES ASSOCIATIONS DU CONSOMMATEUR CHARGENT LE GOUVERNEMENT

BOYCOTT DES PRODUITS ALIMENTAIRES LES ASSOCIATIONS DU CONSOMMATEUR CHARGENT LE GOUVERNEMENT La Fédération nationale ...

Subventions aux associations: Laftit recadre les collectivités territoriales Par H24info –

Après avoir reçu plusieurs rapports faisant état de financement des associations par des fonds ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x