Accueil / Actualités / Le Maroc veut élargir la possibilité d’avortement mais pas l’autoriser

Le Maroc veut élargir la possibilité d’avortement mais pas l’autoriser

L’avortement est illégal au Maroc sauf si la vie de la femme est en danger. Le roi a demandé à son gouvernement de réfléchir à un assouplissement des cas d’exception.

Chaque jour au Maroc des centaines de femmes mettent leur vie en danger en se faisant avorter de manière illégale. D’autres donnent naissance en secret pour jeter leur nouveau-né dans des poubelles ou l’enterrer dans la forêt, confie le docteur Chafik Chraibi à l’agence de presse Reuters. Dans le royaume de Mohammed VI, avoir des relations sexuelles hors-mariage est illégal et accoucher d’un enfant sans être marié est si stigmatisé que cela pousse de nombreuses jeunes filles au suicide.

Au moins 600 jeunes filles et femmes ont recours à des avortements illégaux chaque jour au Maroc, ajoute le docteur Chafik Chraibi. Cette situation n’est pas acceptable, nous ne pouvons pas l’autoriser , ajoute t-il.

L’avortement est illégal au Maroc, excepté pour les femmes dont la vie est en danger à cause de la grossesse. Mais en mars, le roi Mohammed VI a demandé au ministre de la Justice et au Conseil national des droits de l’homme de réfléchir à un assouplissement de l’interdiction. Mi-mai, Mohammed VI avait également annoncé avec plus de précision que l’avortement devrait être autorisé en cas de viol, inceste, malformation du foetus ou danger pour la santé mentale de la femme. Le roi pense que cela entraînera des bénéfices sociaux et économiques pour le pays.

Ces annonces ont déjà provoqué la colère de conservateurs qui s’opposent à tout assouplissement de la législation, mais aussi de militants pour les droits des femmes qui exigent une levée complète de l’interdiction de l’avortement. Nous sommes extrêmement frustrés et très déçus , souligne Samira Bikarden, la présidente de l’Association démocratique des femmes du Maroc. La lutte continue .

Au Maroc, une femme qui avorte illégalement risque deux ans de prison, et les médecins qui pratiquent l’avortement illégal peuvent passer jusqu’à cinq ans derrière les barreaux, voire même 20 ans si leur patiente décède suite à l’opération.

À l’exception de la Tunisie, l’avortement est illégal dans toute l’Afrique du Nord. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’environ 900.000 avortements illégaux sont réalisés chaque année dans la région.

http://www.slateafrique.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

EFE-Maroc et MEPI célèbrent le succès de leur projet d’employabilité des jeunes

600 jeunes issus des villes de Fès, Meknès, Sefrou et Taza ont bénéficié des ...

Ben Msik: des jeunes défavorisés formés à la musique électronique

En partenariat avec l’association Racines et le centre de deuxième chance Al-Jisr, L’A.M.M.E (l’Association ...

Lauralie et Louise à l’aventure au Maroc Rallye 4 L trophy

Lauralie Callens et Louise Brun, deux musiciennes gersoises de Montestruc, ont créé l’association Music’4L ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x