Accueil / Actualités / La Fondation de L’éducation pour l’Emploi EFE :Un partenaire régional à forte valeur ajoutée

La Fondation de L’éducation pour l’Emploi EFE :Un partenaire régional à forte valeur ajoutée

La problématique du chômage au Maroc : Une urgence qui doit interpeller tous les acteurs.

La Fondation de L’éducation pour l’Emploi :Un partenaire régional à forte valeur ajoutée

Entre 2000 et 2013, l’économie marocaine a créé en moyenne 137 000 emplois par an, là où la demande annuelle est évaluée à 180 000 emplois. Il y a donc un déficit de 43 000 emplois à combler pour stabiliser le taux de chômage qui est passé de 10,2% en 2013 à 9,9% en 2014 et à 9,2% au 1er trimestre 2015, soit 1,57 million de personnes en recherche d’emploi malgré une hausse de 0,7 point. La croissance actuelle du Maroc (2,4% en 2014 contre 4,7% en 2013) est insuffisante pour générer des emplois.

Il faut une croissance d’au moins 5 à 6% par an pour que le taux de chômage descende à moins de 9% avec la création d’au moins 180.000 postes de travail, selon l’Etat Marocain et le double selon la Banque Mondiale. Celle-ci estime que le Maroc doit doubler sa croissance pour espérer absorber sinon atténuer cette problématique qui touche 22% des jeunes en âge de travail. Même si les dernières révisions du FMI laissent entrevoir une hausse de la croissance à environ 5% d’ici fin 2015, l’on reste conscient que l’Etat, à lui tout seul, n’est pas en mesure de relever le défi de l’absorption du chômage. Il doit compter sur une synergie de tous les acteurs du tissu économique, notamment avec le concours du secteur privé et mais aussi en s’appuyant sur des modèles de création de richesses tels que l’auto-entrepreneuriat…

Tanger
​ ​-
​ ​
Tétouan : Des atouts réels pour atténuer le taux de chômage.

La région Tanger-Tétouan qui participe pour 7,9% au PIB national a connu ces dix dernières une amélioration de ses principaux indicateurs macroéconomiques. La région qui a, en effet, vu une amélioration de sa position par rapport à d’autres, connaît un fort dynamisme grâce à l’installation de grands projets particulièrement durant cette dernière décennie. Elle a affiché un recul du chômage, qui est passé en 2001 de plus de 10% à 9,7% en 2011, en dépit de l’exode des autres régions. Elle a vu de même une nette amélioration de son taux de scolarisation, qui a atteint à titre d’exemple plus de 96% pour la tranche d’âge allant de 6 à 11 ans. La région reste toutefois touchée par le chômage, se situant dans le ventre mou de la problématique.

Elle ne présente pas les pires réalités, mais n’en demeure pas moins épargné par le chômage accru. Le Taux de chômage dans la Région du Nord (Tanger Tétouan) est évalué à 17% contre 19,6% dans L’Oriental par exemple, pour un taux moyen national qui est passé de 9.2% en 2013 à 9.9% en 2014, selon le HCP, soit 1,16 million de personnes directement concernées sur l’ensemble du territoire national.

C’est dans cet esprit de prise de conscience, soutenue par une contribution concrète face à cette inadéquation que la Fondation de l’éducation pour l’emploi (efe Maroc)œuvre, en qualité d’incubateur de compétences pour des emplois durables, en créant une passerelle entre les jeunes et les entreprises.

EFE Maroc : Une passerelle entre les jeunes en quête d’emploi et le monde professionnel

La Fondation marocaine de l’Education pour l’Emploi, membre du réseau d’EFE Foundation, est une ONG internationale à but non lucratif. Elle se propose d’améliorer les opportunités d’emploi offertes aux jeunes dans les pays du Moyen Orient et d’Afrique du Nord. Ainsi, EFE-Maroc décline son œuvre à travers des programmes de formation aux standards internationaux, répondant aux exigences des entreprises marocaines, afin de permettre aux jeunes une intégration rapide et réussie dans la vie professionnelle. L’essence même de la fondation est de créer une passerelle entre les jeunes en quête d’emploi et le monde professionnel. Pour exécuter avec efficacité cette mission, EFE Maroc se donne les moyens, selon sa nouvelle Directrice Générale Malika LAASRI, de « cerner les besoins et d’y répondre par la mise ne place de programmes appropriés faisant coïncider les attentes du marchés et les lacunes des jeunes, en mettant à leur disposition des formateurs de qualité et de leur donner les outils et moyens de convaincre l’employeur et de garder leur emploi ». Depuis son implantation au Maroc en 2007, la Fondation de l’Education pour l’Emploi a déployé 727 formations, dans les régions de Casablanca, de Rabat, El Jadida, de Tanger-Tétouan, d’Asilah et de Doukkala-Abda, auprès de 14.250 bénéficiaires, dont 12.475 lauréats formés, avec un taux de participation des femmes de 53%.


Le taux de placement des lauréats a atteint 70% avec un de taux de rétention de 90% auprès des partenaires employeurs.

La Fondation a développé de nombreux programmes, mais aussi des partenariats avec des organismes publics et privés dans un but de mieux cerner les besoins du monde de l’entreprise, de pouvoir les faire coïncider avec les profils pour garantir aux jeunes des emplois durables. Pour la transversalité de son action partie principalement de deux régions (Rabat et Casablanca), EFE Maroc s’est évertuée à se décentraliser progressivement, investissant d’autres nouvelles régions.

Un acteur qui se veut aussi« régional ».

Dans une volonté de donner la même chance à tous les jeunes du Royaume, EFE Maroc a investi de nouvelles villes et localités telles que Marrakech, El Jadida, Tanger, Benslimane. Pour Naoual BAKRY, Directrice des opérations au sein de l’EFE, «l’absorption du chômage dans le Royaume repose sur deux fondamentaux. Il s’agit de démocratiser la chance à travers des solutions transversales et deuxièmement de donner aux jeunes les moyens de postuler à un job et de pouvoir le garder ». Impliquée à toutes les échelles de l’employabilité des jeunes dans le Royaume, la Fondation développe et déploie des programmes dans les régions précitées pour tiers partenaires. Ainsi ont été formés et/ou placés à :

Grand Casablanca : 8889 Bénéficiaires
– 2007 : 67 Bénéficiaires
– 2008 : 115 Bénéficiaires
– 2009 : 65 Bénéficiaires
– 2010 : 227 Bénéficiaires
– 2011 : 793 Bénéficiaires
– 2012 : 1314 Bénéficiaires
– 2013 : 2179 Bénéficiaires
– 2014 : 2934 Bénéficiaires
– 2015 : 1195 Bénéficiaires

Rabat – Salé : 2345 Bénéficiaires
– 2011 : 19 Bénéficiaires
– 2012 : 15 Bénéficiaires
– 2013 : 494 Bénéficiaires
– 2014 : 906 Bénéficiaires
– 2015 : 911 Bénéficiaires

El Jadida : 1505 Bénéficiaires
– 2012 : 404 Bénéficiaires
– 2013 : 425 Bénéficiaires
– 2014 : 634 Bénéficiaires
– 2015 : 42 Bénéficiaires

Tanger – Tétouan : 2822 Bénéficiaires
– 2012 : 559 Bénéficiaires
– 2013 : 1087 Bénéficiaires
– 2014 : 642 Bénéficiaires
– 2015 : 534 Bénéficiaires

Des chiffres qui, en perspectives, devraient doubler à l’horizon. Les différentes conventions signées, lesquelles ont mené la Fondation dans certaines régions, symbolisent la double prise de conscience de la nécessité de décentraliser et d’aller vers une synergie. «La problématique du chômage est à prendre comme une cause nationale qu’il faut commencer à solutionner depuis la région. Elle doit interpeler tout le monde et susciter en chaque acteur économique – à son échelle – une réaction concrète», insiste Malika LAASRI qui d’ailleurs saisit ainsi cette opportunité pour lancer un appel à partenariats à l’endroit des autres entreprises, offices et collectivités locales.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

Campagne de solidarité Procter & Gamble Maroc lance la 7e édition de «Iftar Saem»

Comme chaque année durant le mois du Ramadan, Procter & Gamble (P&G) Maroc a ...

Maroc : enquête après le massacre de chats à Safi

Les associations de protection et de défense des droits des animaux de Safi sont ...

EFE-Maroc et MEPI célèbrent le succès de leur projet d’employabilité des jeunes

600 jeunes issus des villes de Fès, Meknès, Sefrou et Taza ont bénéficié des ...