Accueil / Actualités / Développement / Démocratie participative Mustapha El Khalfi appelle à une meilleure interaction de la société civile avec les politiques publiques
Intervenant à l'ouverture d'une journée de communication autour du programme de renforcement des capacités des organisations de la société civile, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a fait savoir qu'en dépit des dispositions constitutionnelles et législatives stipulant la participation des associations à l'élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des politiques publiques, l'interaction avec la société civile demeure limitée.

Démocratie participative Mustapha El Khalfi appelle à une meilleure interaction de la société civile avec les politiques publiques

Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a appelé, jeudi à Rabat, à une meilleure interaction de la société civile vis-à-vis des politiques publiques, en vue d’opérationnaliser les mécanismes et les instances de la démocratie participative. Intervenant à l’ouverture d’une journée de communication autour du programme de renforcement des capacités des organisations de la société civile, M. El Khalfi a fait savoir qu’en dépit des dispositions constitutionnelles et législatives stipulant la participation des associations à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des politiques publiques, l’interaction avec la société civile demeure limitée. La société civile est invitée à suivre les différentes politiques publiques, notamment à travers la présentation de pétitions, a ajouté M. El Khalfi, tout en passant en revue les différents programmes de formation lancés par son département au profit d’acteurs associatifs dans les domaines de plaidoirie, de présentation de motions législatives et de pétitions, outre le renforcement du rôle des mécanismes de concertation
publique.

La réhabilitation de la société civile est l’épine dorsale de la démocratie participative qui «ne peut être conçue sans une société civile libre, indépendante, pluraliste, crédible et efficace», a noté le responsable gouvernemental, saluant les efforts déployés par les associations pionnières en vue d’enrichir, par leurs expériences et leurs expertises, les autres associations émergentes. Il a rappelé, dans ce cadre, les efforts du ministère en la matière, à travers notamment la création d’une plateforme numérique de formation interactive à distance en démocratie participative et la conclusion de deux conventions de partenariat avec les Facultés de droit de Settat et Salé, permettant ainsi de doter la société civile d’un dispositif de formation, de qualification et de renforcement des capacités en la matière, ainsi que le lancement d’un portail national unifié dédié aux plaintes qui entrera en vigueur au début de l’année
prochaine.
Pour sa part, le directeur de l’Association marocaine de solidarité et de développement (AMSED), initiatrice de cet événement, a indiqué que cette journée de communication est de nature à renforcer les capacités des organisations de la société civile et leur permettre de jouer pleinement leur rôle en tant que force de proposition et de plaidoyer en rapport avec les préoccupations des citoyens. Cette rencontre est également l’occasion de développer et d’approfondir le débat sur les questions liées aux attentes de l’acteur public pour la promotion de la participation des associations et l’opérationnalisation des mécanismes et instances de la démocratie participative, ainsi que l’institutionnalisation de la démocratie participative, a-t-il ajouté.
De son côté, la directrice de l’Agence américaine pour le développement international (USAID-Maroc), Dana Mansuri, a indiqué que cette rencontre vise à discuter du programme du renforcement des capacités des organisations de la société civile, dans le souci de soutenir les efforts de l’AMSED afin de lui permettre de devenir un centre régional de promotion et d’accompagnement d’autres associations. De même, ajoute Mme Mansuri, ce programme, qui s’étale sur une durée de 4 ans, vise le renforcement des capacités de 40 associations relevant des régions de Rabat-Salé-Kénitra et Casablanca-Settat en matière de plaidoyer, de mise en place et du suivi des politiques publiques aux niveaux local et régional, ainsi que l’amélioration de l’adhésion des citoyens à la chose publique.
https://lematin.ma/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

Ben Msik: des jeunes défavorisés formés à la musique électronique

En partenariat avec l’association Racines et le centre de deuxième chance Al-Jisr, L’A.M.M.E (l’Association ...

Lauralie et Louise à l’aventure au Maroc Rallye 4 L trophy

Lauralie Callens et Louise Brun, deux musiciennes gersoises de Montestruc, ont créé l’association Music’4L ...

Jeunesse : Un Conseil consultatif voit le jour

Une loi portant création de cette institution a été adoptée par le parlement Fin ...

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x