Accueil / Migration / Semaine des migrants, une occasion pour les Nordistes de se mobiliser

Semaine des migrants, une occasion pour les Nordistes de se mobiliser

De par sa position géographique à proximité de l’Europe, la région du Nord est devenue une zone d’accueil pour des migrants de différentes nationalités. A cet effet, Tanger et Tétouan, chefs-lieux de cette région, ont été choisies, parmi d’autres villes marocaines, pour abriter une série d’activités en célébration de la troisième édition de la semaine des migrants, qui a pris fin mercredi 20 décembre. Initiée par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, cette semaine a été marquée par la tenue du premier forum national sur la mondialisation et la mobilité humaine à Tétouan. «Ce premier forum constitue un lieu de rencontre et d’échange d’idées sur les différentes questions liées au phénomène migratoire. Surtout qu’à l’instar des autres villes frontalières, Tétouan est devenue un lieu de séjour pour nombre de migrants subsahariens», a indiqué Rabia Azmit, présidente de l’Association leadership pour un changement citoyen (ALCC).

Sensibilisation au phénomène migratoire

Initié par l’ALCC, ce forum s’est déroulé avec le soutien de l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) et en partenariat avec le département de tutelle sous le thème des droits des étrangers et des réfugiés ainsi que leur intégration dans leur pays d’accueil. Les travaux de cette première édition se sont distingués par l’installation d’une tente de communication et de sensibilisation au phénomène migratoire ainsi qu’en matière de respect des droits humains. Les organisateurs ont jeté leur dévolu sur Bab Okla pour la tenue de cette tente. Située à l’est de l’ancienne médina, cette célèbre place populaire est considérée parmi les zones les plus fréquentées de la ville. «Nous avons été impressionnés par le nombre de visiteurs à cette tente ainsi que de leur prise de conscience du phénomène migratoire», a souligné Mme Azmit.

Soutien des institutions et ONG aux migrants

Outre cette tente de communication et de sensibilisation, la programmation de ce premier forum a connu l’organisation de deux tables rondes, dont la première s’est déroulée sous le thème «L’approche genre dans la gestion du phénomène de l’immigration et de l’asile». Cette première table ronde a réuni des représentants des institutions et ONG, dont l’Association Mains solidaires connue par son soutien aux migrants subsahariens en particulier ceux de la forêt de Belyounech, située à 16 km au nord de Fnideq et à 7 km à l’ouest de Sebta.
Les participants à cette première table ronde ont appelé à l’amélioration de la représentation de la femme dans les conseils territoriaux et la prise des décisions. Ils ont convenu que le Maroc connaît une affluence des migrants subsahariens désirant transiter vers l’Europe. Et grâce aux campagnes de régularisation lancées par le gouvernement et le grand dynamisme que connaissent certaines villes, le Maroc est «en passe de devenir un pays de résidence pour bon nombre migrants subsahariens, alors qu’il était pour la majorité un lieu de transit», a-t-on précisé.

Les tenues traditionnelles marocaines et africaines à l’honneur

Non loin de Tétouan et plus précisément à M’diq, des migrants subsahariens ont été invités à une rencontre mettant à l’honneur les tenues traditionnelles marocaines et celles d’autres pays d’Afrique. Et ce à deux jours du lancement de la deuxième semaine des migrants, qui a eu lieu le 12 décembre. Organisée par l’Association Bassmat El Khair, «cette rencontre s’est déroulée dans le cadre des festivités célébrant l’Aïd Mawlid Annabaoui. Nous avons voulu partager avec nos invités de différentes nationalités et de confessions musulmane et chrétienne cette ambiance festive et religieuse et leur montrer ainsi que le Maroc continue d’être un pays de cohabitation et de tolérance. Nous avons fait de cet événement un lieu d’échange entre les migrants subsahariens», a affirmé Wafae El Boufrahi, membre actif de l’Association Bassmat El Khair.
Il est à noter qu’à l’instar de ses deux voisines Tétouan et M’diq, Tanger a connu aussi des activités culturelles et sportives en rapport avec les objectifs de cette deuxième semaine des migrants.

Publié par Najat Faïssal
aujourdhui.ma

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

EFE-Maroc et MEPI célèbrent le succès de leur projet d’employabilité des jeunes

600 jeunes issus des villes de Fès, Meknès, Sefrou et Taza ont bénéficié des ...

Ben Msik: des jeunes défavorisés formés à la musique électronique

En partenariat avec l’association Racines et le centre de deuxième chance Al-Jisr, L’A.M.M.E (l’Association ...

Lauralie et Louise à l’aventure au Maroc Rallye 4 L trophy

Lauralie Callens et Louise Brun, deux musiciennes gersoises de Montestruc, ont créé l’association Music’4L ...

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x