Accueil / Jeunesse / Le coup de pouce allemand aux ONG d’aide à la jeunesse

Le coup de pouce allemand aux ONG d’aide à la jeunesse

Toute cette semaine, une délégation allemande de l’association berlinoise Transnational Corridors, présidée par Rachid L’Aoufir, est au Maroc. L’objectif étant de rencontrer des responsables d’associations d’aide à la jeunesse, dans le cadre de ses activités internationales.
L’association travaille toute l’année à ce type d’échanges entre experts de la jeunesse, qu’ils soient marocains ou allemands, accorde également des bourses d’études à des jeunes de ces deux pays, forme des intermédiaires interculturels, organise des expositions et publie des guides sur le thème de la coopération internationale.

Casablanca et Marrakech sont donc les deux villes choisies pour ces rencontres, prévues du 5 au 10 février. Un voyage qui fait suite à plusieurs échanges qui ont eu lieu en août et en septembre 2016, et en février 2017, respectivement à Berlin et Casablanca. Ces travaux, financés par des ministères allemands, collent à la vision globale de Transnational Corridors: promouvoir les jeunes dans le monde.

Plus précisément en informant, orientant et en finançant les projets de jeunes issus de régions défavorisées. Visite du centre social Oum Khaltoum, du centre culturel El Ghali à Sidi Moumen, puis à Marrakech, visite d’un foyer pour jeunes filles rurales, de l’entreprise sociale Al Nour textiles dans la médina, ou de la maison de la jeunesse Arset El Hamed étant les étapes au programme de cette délégation de 12 personnes, sans oublier des temps d’échanges entre médecins marocains et allemands.

Début 2017, quatre experts de la jeunesse des Œuvres de la Diaconie de Brême s’était déjà rendus à Casablanca pour s’informer sur le système de l’aide à la jeunesse au Maroc. Plusieurs organisations, comme le complexe Oum Khaltoum, le centre culturel Les Etoiles de Sidi Moumen, ou les associations Bayti et L’Heure Joyeuse, avaient ainsi reçu cette délégation allemande.

Le choix de ces organisations reposant sur le fait qu’elles disposent de profils clairs, d’un management professionnel, de collaborateurs qualifiés et de programmes bien conçus. Sauf que le constat avait révélé que leur développement pouvait être freiné par le manque de soutien financier de l’Etat marocain, par le manque aussi de coopérations et de mise en réseaux locaux et par le fait que les écoles restent peu ouvertes sur leur environnement social et coopèrent plutôt avec des petites initiatives privées et locales qu’avec des organisations publiques.

Forte de ces différentes visites sur le terrain, l’association Transnational Corridors vise donc à promouvoir la mobilité sociale de jeunes sélectionnés dans des régions défavorisées, afin de contribuer à l’expression du pluralisme, de la diversité des opinions et à l’émergence de nouveaux développements socioéconomiques. Ces expériences internationales permettant aux jeunes bénéficiaires de se positionner comme des personnes ressources pour leur propre région.

Stéphanie JACOB
http://www.leconomiste.com/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

Jeunesse : Un Conseil consultatif voit le jour

Une loi portant création de cette institution a été adoptée par le parlement Fin ...

«Orphelins du Monde» à l’oeuvre dans plusieurs régions du Maroc

Khémisset : L’Espace associatif organise le Forum national des jeunes

L’Espace associatif organise du 9 au 11 juillet à Dayet Erroumi, à Khémisset, le ...

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x