Accueil / Actualités / Droits humains / Droits de la femme / Violences faites aux femmes : « La classe politique marocaine est trop lente »

Violences faites aux femmes : « La classe politique marocaine est trop lente »

Le calvaire subit par Khadija, une jeune fille de 17 ans séquestrée, violée et torturée, secoue le Maroc depuis la mise en ligne de son témoignage en vidéo, le 21 août. Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), évoque un problème de fonds et met en cause le retard dans l’adoption de la loi protégeant les victimes, qu’elle juge par ailleurs « insuffisante ».

Le Maroc est sous le choc après les révélations de Khadija Okkarou, 17 ans, qui affirme avoir été séquestrée durant plusieurs semaines dans la région de Fqih Ben Saleh, dans le centre du pays. Elle raconte avoir été violée et torturée, notamment tatouée de force, par au moins trois jeunes hommes.

C’est à travers une vidéo mise en ligne le 21 août, dans laquelle la jeune fille montre les stigmates de son calvaire, que le royaume a découvert le sort de Khadija. Très vite, des internautes se sont organisés pour apporter une aide financière et un soutien psychologique et juridique à la victime et sa famille. Le drame Khadija a d’autant plus choqué, qu’il survient un an exactement après la diffusion d’une vidéo d’agression sexuelle d’une autre jeune femme par quatre jeunes hommes dans un bus à Casablanca.

Khadija Ryadi, militante de gauche et ancienne président de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), revient pour Jeune Afrique sur ce que ce drame dit de la question des violences faites aux femmes au Maroc.

Jeune Afrique : Le drame de la jeune Khadija intervient quelques mois après l’adoption par le Maroc d’un texte de loi visant à combattre les violences faites aux femmes. Que pensez-vous de ce texte ?

Khadija Ryadi : Précisons d’abord que si ceux qui agressent des femmes sont sûrs de leur impunité, c’est aussi du fait du retard accusé dans l’adoption d’une loi protégeant les victimes. La classe politique marocaine est trop lente. La nouvelle loi, adoptée début 2018, ne rentrera d’ailleurs en vigueur qu’en septembre…

On parlait déjà de changer la loi du temps de la ministre Nezha Skalli (ministre du Développement social et de la Famille, 2007-2012). À cette époque, l’AMDH a été entendue pour donner son point de vue sur les violences faites aux femmes. Mais après l’arrivée de Bassima Hakkaoui au ministère, en 2012, nous n’avons plus été contactés.

>>> A LIRE – Maroc – Violences faites aux femmes : le texte de loi critiqué par les ONG et boudé par les parlementaires

Je sais que d’autres associations ont pu présenter leurs recommandations. Et aujourd’hui, beaucoup d’entre elles jugent malgré tout que la loi est insuffisante. D’abord, le texte fait référence à des concepts qui semblent hors de propos, comme que l’« atteinte à la pudeur publique » ou à la « morale ». Il ne propose pas de définition précise du harcèlement, ce fait si répandu, qui distille une culture de la violence contre les femmes.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

EFE-Maroc et MEPI célèbrent le succès de leur projet d’employabilité des jeunes

600 jeunes issus des villes de Fès, Meknès, Sefrou et Taza ont bénéficié des ...

Ben Msik: des jeunes défavorisés formés à la musique électronique

En partenariat avec l’association Racines et le centre de deuxième chance Al-Jisr, L’A.M.M.E (l’Association ...

Lauralie et Louise à l’aventure au Maroc Rallye 4 L trophy

Lauralie Callens et Louise Brun, deux musiciennes gersoises de Montestruc, ont créé l’association Music’4L ...

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x