Accueil / Actualités / Droits humains / Droits de la femme / Maroc : Des associations fustigent le rapport sur la violence à l’égard des femmes

Maroc : Des associations fustigent le rapport sur la violence à l’égard des femmes

Le rapport présenté par la ministre Bassima Hakkaoui est aujourd’hui contesté par plusieurs associations. Elles estiment qu’il ne peut servir de référence et remettent en cause l’auteur et le moteur derrière la publication de cette enquête.

Présenté par la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui, le rapport sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes est aujourd’hui contesté par plusieurs associations de défense des droits des femmes.

Les associations, parmi lesquelles se trouve Association démocratique des femmes du Maroc, l’Association Solidarité Féminine, ou encore l’Association de lutte contre le SIDA, expliquent dans un communiqué parvenu à Yabiladi le contexte de présentation de ce rapport. En effet, alors que «cette rencontre supposée être une rencontre de concertation selon l’invitation adressée aux ONG, elle s’est avérée être une conférence de presse», note le communqiué.

Plus loin, les associations écrivent qu’il n’a été question que d’une «présentation rapide des résultats par la ministre, sans donner l’occasion aux journalistes et organisations de la société civile de faire part de leurs commentaires et/ou poser des questions».

Atténuer les chiffres de 2009

Au-delà des chiffres, les associations remettent en question l’auteur de cette enquête, qui contrairement au tout premier et unique rapport, n’a pas été menée par le Haut-Commissariat au Plan. Dans ce sens, elles s’interrogent sur le fait d’avoir confié l’enquête à «un bureau d’études privé et non pas au HCP qui est l’institution officielle et indépendante de production de l’information statistique», poursuit le communiqué.

Par ailleurs, le timing et les motivations derrière cette enquête sont également remis en cause. En effet, le communiqué rappelle le doute exprimé par l’ancien chef du gouvernement en décembre 2012 à la Chambre des Représentants, concernant les résultats de l’enquête de 2009, tout en s’interrogeant sur le fait que l’enquête n’ait pas été menée «avec le dessein d’atténuer la prévalence des violences fondées sur le genre».

Pour mémoire, cette première enquête de 2009, révélait que 62,8% des femmes (soit 6 millions sur une population de 9,5 millions de femmes âgées de 18 à 64 ans), ont été victimes d’un acte de violence sous une forme ou une autre durant les douze mois précédant l’enquête. Cette année, ce taux a été revu à la baisse et se situerait aux alentours de 54,4% au niveau national, selon le rapport commandé par le département de Bassima Hakkaoui.

Dans la même lignée, les associations féminines estiment qu’il aurait été plus judicieux que le HPC mène, dix ans après la première enquête, une seconde en ayant recours à la même approche méthodologique de manière à actualiser les données précédemment fournies.

A cet effet, «l’enquête de 2019, telle que présentée, ne se situe pas dans la continuité de l’enquête de 2009 et ne peut, par conséquent, servir de référence ni pour les stratégies nationales, ni pour les engagements internationaux du Maroc», note les associatifs qui dénoncent le gaspillage des deniers publics, étant donné que le HCP a initié les travaux préparatoires pour une deuxième enquête nationale.

https://www.yabiladi.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

x

Check Also

Financement extérieur : Plus de 4 MMDH mobilisés en 2018

Le montant global mobilisé dans le cadre des opérations de financement extérieur, à savoir ...

Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui

n colloque dédié à débattre du rôle que les jeunes doivent jouer en vue ...

Campagne de solidarité Procter & Gamble Maroc lance la 7e édition de «Iftar Saem»

Comme chaque année durant le mois du Ramadan, Procter & Gamble (P&G) Maroc a ...

Soyez informés!

En vous abonnant à la lettre d'infos de Monasso, vous ne manquerez plus aucune information associative ou presque.

Monasso.ma s'engage que votre adresse mail ne sera jamais partagée avec d'autres sites.
x